13. Système de production agricole

Partager sur des réseaux sociaux

Partager le lien

Utiliser un lien permanent pour partager dans les medias sociaux

Partager avec un ami

2. 2 Agriculture intégrée L’agriculture intégrée ou plus précisément la lutte intégrée signifie que les agriculteurs mettent en œuvre des démarches pour réduire l’utilisation des pesticides afin de diminuer leurs impacts sur l’enviro nnement et la santé. Elle est d epuis le 1er janvier 2014 une obligation légale au sein de l’Union Européenne pour tout utilisateur professionnel de pesticides. Concrètement, les agriculteurs vont privilégier la prévention afin que les cultures soient implantées et se développent dans des conditions avec le moins de risques d’attaques de ravageurs ou de maladies possibles. La surveillance est également un point es sentiel pour déterminer s’il faut intervenir selon le seuil économique d’intervention. En cas de traitement, les agriculteurs veillent également à choisir des produits les plus respectueux possibles de l'environnement et les moins nocifs pour l'homme et à les appliquer dans les meilleures conditions possibles. Agriculture de conservation des sols L’agriculture de conservation 3 vise à un système durable basé sur la compréhension et l’optimalisation des processus naturels. Elle repose sur trois grands princip es :  Diminution du travail du sol  Couverture maximale du sol  Rotation et diversification des cultures Agriculture intensive L’agriculture intensive 4 est un système de production qui cherche à maximiser la production par rapport aux facteurs de production (sol, main d’œuvre, ...) en utilisant des intrants chimiques et ayant recours à la mécanisation. Ce mode de production assure un rendement des cultures et de l’élevage important qui permet de nourrir une population mondiale de plus en plus grande . Agricultu re extensive L’agriculture extensive 5 , en opposition à l’agriculture intensive, est un système de production qui ne cherche pas à maximiser la productivité et par conséquent , nécessite très peu de main d’œuvre, d’intrants, de machines, ... par rapport aux surfaces exploitées. Elle repose sur les ressources naturelles et se pratique sur de vastes étendues . 3 Source : AC Greenotec « Introduction à l’Agriculture de conservation : greenofiches » file:///C:/Users/f.d esmet/Downloads/les - greenofiches - 1 - l - agriculture - de - conservation.pdf 4 Définition de Agriculture intensive : site eurostat https://ec.europa.eu/eur ostat/statistics - explained/index.php?title=Glossary:Intensive_farming 5 Définition d’agriculture extensive : site eurostat https://ec.europa.eu/ eurostat/statistics - explained/index.php?title=Glossary:Extensive_farming/fr

3. 3 Agriculture biologique La production biologique est un système global de gestion agricole et de production alimentaire qui allie les meilleures pratiques environnementales, un haut degré de biodiversité, la préservation des ressources naturelles, l’application de normes élevées en matière de bien - être animal et une méthode de production respectant la préférence de certains consommateurs à l’égard de produits obtenus grâce à des substances et à des procédés naturels. Afin de garantir aux consommateurs que les produits labellisés « biologiques » ou « bio » soient conformes au cah ier des charges et répondent à leurs attentes, l’ensemble des maillons de la chaîne qui vont du producteur de matières premières agricoles , horticoles et aquacoles jusqu’au détaillant doit être contrôlé. 6 Systèmes de production et « produits de qualité » Pour les produits végétaux et animaux, le Gouvernement a défini « des produits de qualité » 7 qui répondent à des cahiers de charges et des certifications spécifiques. Il s’agit des systèmes de qualité européens et du système régional de qualité d ifférenciée. 1. Les systèmes de qualité européens. Il existe trois systèmes de qualité : AOP, IGP et STG.  Appellation d’origine protégée (AOP) L abel e uropéen qui désigne les produits d ont la production, la transformation et l’élaboration sont définie s dans une aire géographique déterminée avec un savoir - faire reconnu et constaté, ainsi qu’une garantie de l’authenticité des produits qui les protège notamment des usurpations . Citons comme exemple en Wallonie : le fromage de Herve, le beurre d’Ardenne, le vin des Côtes de Sambre et Meuse ou encore le crémant et le vin Mousseux de Qualité de Wallonie. 6 Source : site du Portail de L’agriculture de Wallonie 7 D’après le Code Wallon de l’Agriculture, articles 171 à 184, l’ A GW du 10 septembre 2015 relatif aux aides au développement et à l’investissement dans le secteur agricole, l’AGW du 1 5 mai 2014 instaurant le système régional de qualité différenciée pour les produits agricoles et les denrées alimentaires et l’AGW du 14 juillet 2016 relatif aux systèmes de qualité européens et au x mentions de qualité facultatives régionales.

1. 1 Devenir agriculteur /horticulteur implique de devenir gestionnaire d’une exploitation agricole /horticole . Par conséquent , il est important lors de la réflexion et de la construction du projet de prendre des décision s quant aux choix du système de production à mettre en place en fonction de ses convictions, des opportunit és du marché, du choix des productions et de l a localisation du projet (topologie, climat, paysage, ...) . De même, à l’heure de préoccupation s et d’attentes sociétales liées à l’environnement et plus spécifiquement au réchauffement climatique, les ag riculteurs sont d’autant plus sollicités pour répondre à l’enjeu majeur de la durabilité des systèmes agricoles en y intégrant des dimensions socio - économiques et environnementales. Lors de la reprise d’une exploitation , l’arrivé e de nouveaux gestionnaires peut être également l’ opportunité pour réorienter le système en place ; citons par exemple l e choix de conversion partielle ou totale d’une exploitation conventionnelle à l’agriculture biologique. Un système de production agrico le est défini par la FAO 1 comme étant la représentation de la manière de penser et de décider des agriculteurs par la combinaison (la nature et les proportions) des activités productives et des moyens de production . Types de système s de production agricole Agriculture conventionnel le Ce système tend à optimiser la production grâce à l’utilisation d’intrants (engrais chimiques, produits phytopharmaceutiques, aliment concentré pour le bétail ...), l’emploi de variétés et races à haut rendement dans des exploitations agricoles très spécialisées et mécanisées. Depuis plusieurs années, ce système évolue et d e vient de plus en plus raisonné 2 en conciliant pratiques respectueuse s de l’environnement sans remettre en cause la rentabilité éco nomique des exploitations. 1 Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Syst%C3%A8me_de_production_agricole 2 Source : https://www.actu - environnement.com/ae/dictionnaire_environne ment/definition/agriculture_raisonnee.php4 Système de production agricole Fiche t echnique I nstallation N° 13

4. 4  Indication géographique protégée (IGP) Label eur opéen qui désigne les p roduit s pour lesque ls il existe un lien géographique au moins à l ́un des stades de la production, de la préparation ou de la transformation. Citons comme exemple en Wallonie : le jambon d’Ardenne, le pâté Gaumais, les vins de pays des jardins de Wallonie, la pomme de terre « Plate de Florenville », ...  Spécialité traditionnelle garantie (STG) Label européen qui désigne les p roduits composés d ́ingrédients traditionnels ou fabriqués selon une méthode traditionnelle , ne faisant pas référence à une origine Citons comme exemple : l es gueuzes : (vieilles) lambic, kriek, framboise, faro. 2. Le s ystème régional de qualité différenciée Certains produits agricoles et/ou alimentaires se différencient par leur mode de production ou par une plus - value quali tative et peuvent être identifiés par un label régional de qualité différencié . Le terme de « qualité différenciée » 8 et le signe officiel de qualité sont réservés à des produits :  qui se distinguent d’un produit standard de même nature  qui se différe ncient par le mode de production ou par une plus - value qualitative  qui sont obtenus conformément à un cahier des charges agréé dont le respect est certifié par un organisme indépendant Les exigences 9 minimales sectorielles imposent les principes suivant :  le caractère familial des exploitations agricoles ;  la répartition équitable des marges à travers la filière garantissant une plus - value significative à l’agriculteur;  une relation équil ibrée entre le développement de l’agriculture et les attentes de la société; 8 Source : SPW - Portail de l’agriculture - https://agriculture.wallonie.be/systeme - regional - de - qualite - differenciee 9 du 1 5 mai 2014 instaurant le système régional de qualité différenciée pour les produits Selon l ’AGW agricoles et les denrées alimentaires et l’AGW du 14 juillet 2016 relatif aux systèmes de qualité européens et au x mentions de qualité facultatives régionales et l ’ Article D179 du Code Wallon de l ’ Agriculture

5. 5  le recours exclusif à des produits non étiquetés comme contenant des « organismes génétiquement modifiés » 10 ;  une différenciation par rapport à une production standard via l’applic ation d’objectifs repris parmi les éléments suivants: o L’approvisionnement local à divers stades de la filière ; o l’impact sur l’environnement; o l’impact sur la santé humaine; o le bien - être animal; o l’éthique et la responsabilité sociétale des opérateurs de la filière; o la qualité organoleptique des produits; o la qualité nutritionnelle et diététique des produits; o la qualité sanitaire des produits ou leur traçabilité. Pour ce système de qualité, les opérateurs ont l’obligation de définir des cahiers des charges et répondant à une certification . Ces cahiers de charge définiront la différenciation des produits et devra pouvoir communiquer cette différenciation vers le consommateur. Ces cahiers des charges devront établir :  les caractéristiques de différenciation d es produits ;  les exigences à toutes les étapes de fabrication ;  les critères contrôlés pour garantir la qualité annoncé. Des contrôles de la qualité devront être assuré via un plan de contrôle pour chaque étape de la production. Un organisme certificateur accrédité par BELAC et répondant à la norme ISO 17025 sera chargé de réaliser des contrôles externes. L’ensemble de ces c ontrôles devront être supervisé s par la Direction de la Qualité du SPW Agriculture. Plus d’informations sur le site de L’APAQ - W – qualité différencié 10 Selon l’Arrêté Royal du 21 février 2005 réglementant la dissémination volontaire dans l’environnement ainsi que la mise sur le marché d’organismes génétiquement modifiés ou de produits en contenant.

Vues

  • 179 Total des vues
  • 142 Vues du Site web
  • 37 Vues incluses

Actions

  • 0 Partages sociaux
  • 0 Aime
  • 0 N'aime pas
  • 0 Commentaires

Partagez le comptage

  • 0 Facebook
  • 0 Twitter
  • 0 LinkedIn
  • 0 Google+

Intégrations 2

  • 1 proxy.fja.be
  • 1 fja.be