Discours Pierre drink FJA Libramont

Canal public / Presse

Discours Pierre Foire Libramont 2017

Partager sur des réseaux sociaux

Partager le lien

Utiliser un lien permanent pour partager dans les medias sociaux

Partager avec un ami

S'il vous plaît S'identifier envoyer ceci document par courriel!

Intégrer à votre site internet.

Sélectionnez une page pour commencer

Postez les commentaires avec des adresses email (confirmation de l'email est nécessaire afin de publier le commentaire sur le site internet) ou veuillez S'identifier poster un commentaire

1. Discours Pierre drink FJA Libramont - Lundi 31 juillet 2017 Monsieur le Ministre - Président, Messieurs les Ministres , Mesdames, messieurs les députés, Marianne, Jos e p h, Chers membres, chers amis, A tout seigneur tout honneur, je tiens à remercier le Ministre - Président d’être présent. Nous nous réjouissons que la Région Wallonne ait à sa tête un fils d’agriculteur qui se préoccupe du secteur agricole et de son avenir . Nous sommes persuadés que les m atières agricoles seront toujours au centre de votre action dans vos nouvelles fonctions. Merci aussi à René Collin d’être parmi nous. Nous tenons également à saluer le choix de la continuité et donc de la stabilité puisque vous poursuivrez vos missions en tant que Ministre régional de l’agriculture. Nous nous réjouissons de pouvoir continuer le travail entrepris en faveur des agriculteurs et en particulier des jeunes agriculteurs. Merci à Denis Ducarme d’entamer son baptême du feu avec nous. Félicitation à lui pour sa nouvelle nomination en tant que Ministre fédéral de l’Agriculture. Nous sommes sûrs que vous poursuivrez avec succès le travail entrepris par Willy Borsus au bénéfice du secteur agricole et de son avenir. Remercier aussi nos partenaires d’avoir répondu à notre invitation et enfin et surtout vous remercier , vous, chers membres pour votre présence nombreuse comme à l’accoutumée. Permettez - moi maintenant d’aborder brièvement quelques dossiers qui tiennent à cœur à la FJA. Je commencerai pa r ADISA Quasiment deux ans après sa mise en œuvre, il est surréaliste d’enfin saluer que le traitement des dossiers d’installation et d’ investissement soit à jour. Les paiements semblent suivre leur cours, même si nous devons encore déplorer que certains j eunes agriculteurs qui ont introduit leur demande d’aide au premier trimestre 2016 (soit depuis plus de 18 mois) , laquelle a été notifiée recevable, n’aient pas encore reçu le moindre euro d’aide...

3. de l’excellent boulot au bénéfice des jeunes agriculteurs belges et européens. Proficiat Jannes ! Vous le savez , le fon cier est un dossier qui nous tient particulièrement à cœur et dans lequel nous nous sommes déjà beaucoup invest is . L’accès au foncier constitue un des freins les plus importants à l’installation. La réforme du bail à ferme constitue l’un des moyens pour y répondre , mais ce n’est pas le seul. La prochaine réglementation devra impérativement conjuguer deux impératifs : P révoir des périodes d’occupation suffisamment longue pour ne pas mettre à mal une sécurité d’exploitation essentielle mais aussi rendre le bail plus attractif pour les propriétaires et particulièrement pour ceux q ui se tourneront vers des jeunes. Le levier des incitants fiscaux , en ce compris l’abaissement des droits de successions en faveur des propriétaires qui s’accorderaient su r des baux de longue durée avec les jeunes agriculteurs, nous sem ble être un élément majeur à prendre en compte pour y parvenir . Pour la FJA l’objectif n’est certainement pas de créer un conflit de génération mais , au vu du problème de renouvellement des g énérations que nous connaissons, tout simplement de donner un a venir à nos jeunes agriculteurs et par la même au modèle agricole de type familial que nous défendons ! J’en terminerai avec la Formation Nous regrettons que la formation professionnelle en agriculture ne soit pas à la hauteur des besoins et des attentes du secteur. Tout le monde s’accorde à dire que celle - ci constitue une des clés pour une installation réussie et un outil essentiel pour aid er les agriculteurs à relev er les nombreux défis de demain, je citerais : la maitrise de la gestion technico - économique, les exigences environnementales et climatiques, les activités de valorisation, de transformation ou de commercialisation ainsi que la p rise de décisions techniques et leur mise en œuvre. Malheureusement, nous avons le sentiment que la formation agricole sous sa forme actuelle ne répond pas à ces enjeux fondamentaux. En d’autres termes, une formation au rabais... Certes, le budget alloué pa r la Région à cet te mesure pourrait, devrait être plus conséquent, mais il devrait surtout être mieux orienté pour répondre aux attentes réelles des agriculteurs. La procédure actuelle invite les centres de formation à répondre à un appel à projet annuel. Dans le cadre de celui - ci, la FJA a demandé l’organisation de cours A et B, de stages et de cours de spécialisation (cours C). Concernant ce dernier volet, nous avons été surpris que des formations comme l’agriculture de conservation, la phytolicence, les techniques de maraichage, la maçonnerie, la soudure, la traite, la valorisation du lait, et j’en passe, n’aient pas été sélectionnées.

2. Nous souhaitons taper à nouveau sur le clou en ce qui concerne la remise en cause des dossiers dont les objectifs du plan d’entreprise ne seraient pas suffisamment bien définis. Nous maintenons notre point vue , à savoir qu’il est anormal que des dossier s soient refusés sous prétexte que ces objectifs ne prévo ient pas un changement de spéculation, de diversification ou d’augmentation de la production alors que ces mêmes dossiers concernent des exploitations performantes. La FJA continue de considérer l a poursuite d’une exploitation viable économiquement comme u n objectif en soi et donc suffisant pour être éligible aux aides. Pour clore ce chapitre, je voudrais insister sur le fait qu’il est primordial que les installations progressives soient bien éligibles à ces aides de première installation. Un jeune qui qui tte le statut de complémentaire pour s’installer à titre principal, cela afin d’échelonner ses investissements en gardant un emploi à l’extérieur est un mode d’installation qui doit être encouragé et donc aidé ! PAC Au niv eau de la PAC post 2020, la FJA a déjà bien avancé. Premièrement, nous avons rédigé une série de premières recommandations via notre groupe de travail . Je vous invite d’ailleurs à les consulter sur notre site web. Deuxièmement, au niveau du CEJA nous avons réussi à conv aincre nos collègu es européens de suivre une majorité de nos propositions. Cela constitue une avancée significative puisque le CEJA voit son influence sur les orientations ag ricoles de demain s’accroître au niveau des institutions européennes et auprès de la Commission en p articulier. L e maintien d’ un budget fort ; des mesures de stabilisation des marchés pour sécuriser le revenu; le renforcement de la d éfinition de l’agriculteur actif ; la création d’outils de gestion des risques innovants et dynamiques ; le maintien d’aides couplées sont autant de mesures que nous défendons. Nous plaidons également pour une majoration des dispositifs qui seront mis en pla ce pour les jeunes agriculteurs durant les 10 premières de leur installation. Cette PAC post 2020 est cruciale pour l’avenir des jeunes agriculteurs. Pour la FJA , l’objectif prioritaire est également un vrai défi, celui du renouvellement des générations. C’est par l e type de mesures que je viens de citer que nous pourrons y parvenir. Mais du changement s’impose, ce la passera par une réorientation voire une réinvention de la PAC. Par ailleurs, nous nous réjouissons de l’élection de Jannes Maes à la présidence du CEJA. Jannes, vice - président de nos homologues flamands du Groene Kring va désormais tenir les rênes du CEJA lors des deux prochaines années . Nous avons toujours entretenu de très bons contacts avec lui. Nous sommes convaincus qu’il fera

4. Les organisations agricoles ne sont pas consultées alors qu’elles sont pourtant les mieux placées pour connaitre les beso ins réels du secteur . Vous l’avez compris, règne à ce niveau une certaine opacité... Des thématiques sensées être prioritaires pour les agriculteurs ne le sont visiblement pas aux yeux de tous... Pour identifier les besoins, la FJA, de manière anticipée et proactive, avait pourtant mené une enquête de grande envergure a uprès de tous les agriculteurs, tous âges, toutes spéculations, tous modes de production et de commercialisation confondus. Sur base des résultats obtenus, elle a défini les formations priori taires dans l’appel à projet 2017 ... avec l’issue qu’on connait ... Nous ne revendiquons évidemment pas le monopole de l’organisation de tous les cours, mais nous appelons de tous nos vœux à un minimum de cohérence et de logique pour que la formation profession nelle agricole soit ciblée et bénéfique aux professionnels du secteur. Nous regrettons également une certaine rigidité administrative. Nous nous demandons parfois si la finalité est bien de mettre tout en œuvre pour accompagner les centres de formation da ns leur travail, et ce au bénéfice des agriculteurs.... Nous voudrions également dénoncer le fait qu’aucune souplesse ne soit accordée au niveau des période s de formation. Nous supposons que nul n’est censé ignorer que la période durant laquelle les agricul teurs sont a priori le plus disponibles, est la période hivernale. Cette évidence n’est pourtant pas prise en compte. Comprenne qui pourra... Tout c ela pour vous dire qu’une fois encore , nous invitions les décideurs , qu’ils soient politiques ou autres , à ga rder en tête que leur mission , dans la mesure du possible, est de s’ adapter aux spécificités du secteur et non l’inverse. J’aurais voulu approfondir les différents points que je viens d’évoquer, en aborder d’autres mais je pense avoir déjà été suffisamment long. Je vous invite donc à poursuivre les discussions autour du verre de l’amitié qui suivr a les interventions des Ministres. Soyez persuadés que la FJA restera mobilisée sur les différents sujets qui concernent directement les jeunes agriculteurs et leur installation. Ensemble prenons en main l’agriculture de demain.

Vues

  • 233 Total des vues
  • 193 Vues du Site web
  • 40 Vues incluses

Actions

  • 0 Partages sociaux
  • 0 Aime
  • 0 N'aime pas
  • 0 Commentaires

Partagez le comptage

  • 0 Facebook
  • 0 Twitter
  • 0 LinkedIn
  • 0 Google+

Intégrations 2

  • 12 www.fja.be
  • 1 proxy.fja.be