EDJ version final

Canal public / L'Echo des Jeunes

Echo des jeunes - aout 2017

Partager sur des réseaux sociaux

Partager le lien

Utiliser un lien permanent pour partager dans les medias sociaux

Partager avec un ami

S'il vous plaît S'identifier envoyer ceci document par courriel!

Intégrer à votre site internet.

Sélectionnez une page pour commencer

Postez les commentaires avec des adresses email (confirmation de l'email est nécessaire afin de publier le commentaire sur le site internet) ou veuillez S'identifier poster un commentaire

4. 04 24 août 2017 Les membres en action Cette année les jeux Inter FJA de la province de Namur se sont déroulés à Herbuchenne, Chez Messieurs de Bonhome. Les membres de 16 sections différentes se sont bien mouillés au propre comme au figuré. La manifes- tation a été organisée par la section locale de Dinant. Dès 10H, les jeunes ont pu participer à une quinzaine de jeux différents. Adresse, force physique, rapidité, courage « gustatif » ... sont de sacrés atouts. Parmi les épreuves, on notera la pis- cine de boue, le parcours d’obstacle, la course de big-bag, les jeux de force ou d’équilibre, ... Les 16 équipes se sont ainsi mesurées car il s’agit avant tout de s’affronter dans des joutes sympathiques où règne la bonne hu- meur. « C’est une façon de se retrouver dans des activités récréatives et ludiques », nous souligne Lucie. Les grands gagnants de l’édi- tion 2017 sont les membres de la FJA de Basse Hesbaye, suivis par les jeunes de Namur-Sud, d’Andenne et de Gembloux. Ces jeux sont une tradition et tournent dans les différentes locales de la FJA. L’an pas- sé, ils se sont déroulés à Eghezée. L’année pro- chaine, La section locale du Condroz-Liégeois se chargera de l’organisation de l’évènement. Namur et La Louvière ac cueillent la Ferme en Ville... Les cités ouvrent leurs portes à la ruralité ! Du 8 au 10 septembre, la ville de Namur accueillera l’évènement « la Ferme en Ville ». Deux semaines plus tard, soit du 22 au 24 septembre, l’évènement sera présent à La Louvière. Par Deliège Françoise Durant trois journées, les veaux, vaches, cochons et volailles vous donnent rendez-vous au cœur des deux cités ! Une foule d’animations et de dégusta- tions de produits fermiers seront au programme ! Animations diverses et variées ! Désireuses d’offrir à un maximum d’habitants l’occasion de découvrir le secteur agricole, les villes de Namur et de La Louvière, Accueil Champêtre en Wallonie, l’Apaq-W et la FJA ont décidé de per- pétuer cette rencontre entre le monde urbain et le monde rural. Le programme sera ponctué par un marché du terroir d’une douzaine de producteurs, des démonstrations de maréchalerie, des balades en calèche, des animations pédagogiques, de nom- breuses dégustations et bien d’autres découvertes! Etre impliqué dans ce genre d’évènement suscite un contact direct avec la population, la mise en avant de l’agriculture et de ses pro- ductions afin de construire une relation de confiance avec les consommateurs. Un des objectifs de l’opération étant de retrouver de la proximité avec les citoyens. Avis aux membres de la Province de Namur et du Hainaut Cette année encore nous avons besoin de vous ! Votre présence et vos coups de main nous serons nécessaires tout au long de ces week- ends afin de guider les enfants le vendredi, pour la tenue du bar ou du barbecue, ainsi que pour le montage du jeudi après 15h ou du démontage le dimanche soir. Vous êtes toutes et tous les bienvenu(e)s. Nous comptons sur vous ! Pour tous renseignements : Ferme en ville de Namur : Harmonie Baudoin au 081/627 423 Ferme en ville de La Louvière : Olivier Collignon au 081/627 427 En espérant vous voir nombreux lors de ces évènements ! JEUX INTER-FJA DE SILLY, UN BEL EXEMPLE DE CONVIVIALITÉ Les membres de la section locale de Silly ont organisé les traditionnels jeux inter-FJA le dimanche 2 juillet. 37 équipes de 5 personnes, dont mini- mum une fille, ont participé à l’évène- ment. Se retrouver dans d’autres circons- tances.... «  Cette journée est pour les membres de la FJA un moment de détente important, puisqu’elle per- met de renforcer la cohésion entre les adhérents des différentes sections », nous confie Louise. « Cela permet à chacun de se retrouver dans un autre contexte. » Les cent quatre-vingt-cinq concur- rents ont eu pour arène un champ situé à Gondregnies. L’équipe FJA Sud-Luxembourg a de quoi être fière ! 1500 visiteurs se sont rendus à Hondelange le dimanche 16 juillet pour la 5ième édition de la balade des vieux tracteurs et du concours de traction. La balade des vieux tracteurs, l’une des attractions phares a ouvert les festivités. Plus de 60 engins de toutes marques étaient pré- sents pour l’occasion. Un vrai régal pour les amateurs du genre  ! A 8H30, les tracteurs ont démarré pour une balade de 30 km à travers la région. Chaque année, le circuit est modifié afin que les participants puissent Pour débuter le week-end CMJ, les membres de la section locale de Fleurus organisent annuellement un souper de retrouvailles des anciens. Les jeunes ont tout mis en œuvre pour que l’ambiance soit au ren- dez-vous chez M. Marc Seutin dans l’entité de Saint-Amand. Le pari fut gagné et les longues tablées ont permis à chacun de passer une soirée où chaque an- cien membre s’est remémoré le temps des soirées récréatives, les voyages et autres moments marquants de l’histoire de la section. Pour cette dixième édition, 150 convives s’étaient donnés rendez-vous ce 30 juin. « C’est aussi l’occasion de retrouver nos prédécesseurs autour d’un repas et d’une soirée festive en petit comité et de pouvoir ainsi bénéficier de leurs précieux conseils pour nos évène- ments futurs », nous confie Julianne, trésorière actuelle de la FJA de Fleurus. Jeux inter-FJA: Rendez-vous incontournable pour les membres LA FJA DE DINANT, SECTION ORGANISATRICE DES JEUX DE LA PROVINCE DE NAMUR Devant un public venu en nombre pour les soutenir, les équipes se sont affrontées dans une dizaine de jeux délirants : pont de singe, mur des champions, le plouf, ... « La FJA de Silly est animée par un esprit de solidarité et de convivialité qui n’est plus à démontrer », constate Louise. Convivialité A midi, les jeunes et leurs hôtes ont partagé un repas « BBB » servi sur place. La journée s’est clôturée par une soirée dansante. Là encore, ce moment festif a donné l’occa- sion à chacun de se rapprocher des autres, avec comme seul mot d’ordre des membres de la FJA de Silly : « Convivialité » Le machinisme mis à l’honneur par la FJA Sud-Luxembourg découvrir les charmants villages avoisinants Hondelange. Autre attraction très impressionnante, le concours de traction. 70 machines ont ré- pondu présentes à l’évènement. A leur arri- vée sur le site, les tracteurs sont pesés afin de déterminer la catégorie dans laquelle ils vont concourir. Les différents engins doivent trac- ter une remorque chargée de poids de plus en plus importants et ils doivent arriver le plus loin possible sur la piste. Bref, ce fut un spec- tacle de grande ampleur. (Photos prises par AGRICOOLPIX et GAUME PIX’S) Bonne humeur et convivialité au traditionnel souper des anciens de la FJA de Fleurus

1. N° 158 24 août 2017 Journal officiel de la Fédération des Jeunes Agriculteurs Fédération des Jeunes Agriculteurs - Chaussée de Namur, 47 - 5030 Gembloux Tél. 081/60.00.60 - Fax 081/60.05.27 - E-mail: info@fja.be - Site: www.fja.be 01 24 août 2017 Edito Messieurs les Ministres, Mesdames, messieurs les députés, Marianne, Joseph, Chers membres, chers amis, Tout d’abord, nous nous réjouissons que la Région Wallonne ait à sa tête un fils d’agriculteur qui se préoccupe du secteur agricole et de son avenir. Nous sommes persuadés que les matières agricoles seront toujours au centre de votre action dans vos nouvelles fonctions. Merci aussi à René Collin d’être parmi nous. Nous tenons également à saluer le choix de la continuité puisque vous pour- suivrez vos missions en tant que Ministre régional de l’agriculture. Nous nous ré- jouissons de pouvoir continuer le travail entrepris en faveur des agriculteurs et en particulier des jeunes agriculteurs. Merci à Denis Ducarme d’entamer son baptême du feu avec nous. Félicitation à lui pour sa nouvelle nomination en tant que Ministre fédéral de l’Agriculture. Nous sommes persuadés que vous poursuivrez avec succès le travail entrepris par Willy Borsus au bénéfice du secteur agricole et de son avenir. Remercier aussi nos partenaires d’avoir répondu à notre invitation et enfin et sur- tout vous remercier, vous, chers membres pour votre présence nombreuse comme à l’accoutumée. Permettez-moi maintenant d’aborder brièvement quelques dossiers qui tiennent à cœur à la FJA. Discours de Pierre André à la foire de Libramont Voici le discours prononcé par Pierre André, Président de la Fédération des Jeunes Agriculteurs (FJA) lors du drink de la FJA à la foire de Libramont, le lundi 31 juillet 2017. des dossiers dont les objectifs du plan d’entreprise ne seraient pas suffisamment bien définis. Nous maintenons notre point de vue, à savoir qu’il est anormal que des dossiers soient refusés sous prétexte que ces objectifs ne prévoient pas un change- ment de spéculation, de diversification ou d’augmentation de la production alors que ces mêmes dossiers concernent des exploi- tations performantes. La FJA continue de considérer la poursuite d’une exploitation viable économiquement comme un objec- tif en soi suffisant pour être éligible aux aides. D’autres points sont également inter- pellant  : le premier concerne les délais. Un agriculteur dispose de 15 jours pour répondre au courrier afin d’apporter des compléments aux objectifs développés alors que l’administration effectue les paiements après 2 ans. Peut-on considérer cette situation équitable ? Une seconde question mérite d’être sou- levée : que se passera-t-il si les objectifs fixés dans la convention d’installation ne sont pas atteints ? Je me permets de vous rappeler le contexte actuel : nous avons dû attendre 2 ans avant d’obtenir les paie- ments des aides, les prix des principales productions agricoles sont bas et, cette année, nous sommes victimes de condi- tions climatiques néfastes pour le secteur. Je crains donc que, pour certains jeunes, la situation va être délicate. Ensuite, la question des objectifs a déjà été relevée au cabinet et l’administration m’a répondu que la réalisation de ceux-ci serait soumise à l’interprétation de l’admi- nistration. Nous serons particulièrement attentifs sur ce point. Pour clore ce chapitre, je voudrais insis- ter sur le fait qu’il est primordial que les installations progressives soient bien éli- gibles à ces aides de première installation. Un jeune qui quitte le statut de complé- mentaire pour s’installer à titre principal, cela afin d’échelonner ses investissements en gardant un emploi à l’extérieur est un mode d’installation qui doit être encou- ragé et donc aidé ! La création de nouvelles vocations en dépend, soyez-en conscient. La PAC Au niveau de la PAC post 2020, la FJA a déjà bien avancé. Premièrement, nous avons rédigé une série de premières re- commandations via notre groupe de tra- vail. Je vous invite à les consulter sur notre site web. Deuxièmement, au niveau du CEJA nous avons réussi à convaincre nos collègues européens de suivre une majo- rité de nos propositions. Cela constitue une avancée significative puisque le CEJA voit son influence sur les orientations agricoles de demain s’accroître au niveau des institutions européennes et auprès de la Commission en par- ticulier. Le maintien d’un budget fort ; des mesures de stabilisation des marchés pour sécuriser le revenu; le renforcement de la définition de l’agri- culteur actif ; la création d’outils de gestion des risques innovants et dynamiques; le maintien d’aides couplées sont autant de mesures que nous défendons. Nous plaidons également pour une majoration des dispositifs qui seront mis en place pour les jeunes agriculteurs durant les 10 premières années de leur installation. Cette PAC post 2020 est cruciale pour l’avenir des jeunes agriculteurs. Pour la FJA, l’objectif prio- ritaire est le défis du renouvellement des généra- tions. C’est par le type de mesures que je viens de citer que nous pourrons y parvenir. Mais du chan- gement s’impose, cela passera par une réorienta- tion voire une réinvention de la PAC. Par ailleurs, nous nous réjouissons de l’élection de Jannes Maes à la présidence du CEJA. Jannes, vice-président de nos homologues flamands du Groene Kring va désormais tenir les rênes du CEJA lors des deux prochaines années. Nous sommes convaincus qu’il fera de l’excellent boulot au bénéfice des jeunes agriculteurs belges et euro- péens. Le foncier Vous le savez, ce dossier nous tient particulière- ment à cœur, nous nous y sommes déjà beaucoup investis. L’accès au foncier constitue un des freins les plus importants à l’installation. La réforme du bail à ferme constitue l’un des moyens pour y répondre, mais ce n’est pas le seul. La prochaine réglementation devra impérativement conjuguer deux impératifs : prévoir des périodes d’occupa- tion suffisamment longue pour ne pas mettre à mal une sécurité d’exploitation essentielle mais aussi rendre le bail plus attractif pour les proprié- taires et particulièrement pour ceux qui se tour- neront vers des jeunes. Pour la FJA l’objectif n’est certainement pas de créer un conflit de généra- tion mais tout simplement de donner un avenir à nos jeunes agriculteurs et par la même au modèle agricole de type familial que nous défendons ! La formation professionnelle Nous regrettons que la formation profession- nelle en agriculture ne soit pas à la hauteur des besoins et des attentes du secteur. Tout le monde s’accorde à dire que celle-ci constitue une des clés pour une installation réussie et un outil essentiel pour aider les agriculteurs à relever les nombreux défis de demain : la maitrise de la gestion tech- nico-économique en répondant aux exigences environnementales et climatiques, les activités de valorisation, de transformation ou de commercia- lisation ainsi que la prise de décisions techniques et leur mise en œuvre. Malheureusement, nous avons le sentiment que la formation agricole sous sa forme actuelle ne répond pas à ces enjeux fon- damentaux. En d’autres termes, une formation au rabais... Certes, le budget alloué par la Région à cette mesure pourrait, devrait être plus conséquent, mais il devrait surtout être mieux orienté pour répondre aux attentes réelles des agriculteurs. La procédure actuelle invite les centres de for- mation à répondre à un appel à projet annuel. Dans le cadre de celui-ci, la FJA a demandé l’orga- nisation de cours A et B, de stages et de cours de spécialisation (cours C). Concernant ce dernier volet, nous avons été surpris que des formations comme l’agriculture de conservation, la phytoli- cence, les techniques de maraichage, la maçonne- rie, la soudure, la traite, la valorisation du lait, et j’en passe, n’aient pas été sélectionnées. Les organisations agricoles ne sont pas consul- tées alors qu’elles sont pourtant les mieux placées pour connaitre les besoins réels du secteur. Vous l’avez compris, règne à ce niveau une certaine opa- cité... Des thématiques sensées être prioritaires pour les agriculteurs ne le sont visiblement pas aux yeux de tous... Pour identifier les besoins, la FJA avait pourtant de manière anticipée et proactive mené une en- quête de grande envergure auprès de tous les agri- culteurs, tous âges, toutes spéculations, tous modes de production et de commercialisation confondus. Sur base des résultats obtenus, elle a défini les for- mations prioritaires dans l’appel à projet 2017. Cette approche de terrain, rigoureuse a été balayée par des décisions peu objectives voire populistes Nous ne revendiquons évidemment pas le mono- pole de l’organisation de tous les cours, mais appe- lons de tous nos vœux à un minimum de cohérence et de logique pour que la formation professionnelle agricole soit ciblée et bénéfique aux professionnels du secteur. Nous regrettons également une certaine rigidité administrative. Nous nous demandons parfois si la finalité est bien de mettre tout en œuvre pour a cc ompagner les centres de formation dans leur travail, et ce au bénéfice des agriculteurs.... Nous voudrions également dénoncer le fait qu’aucune souplesse ne soit a cc ordée au niveau des périodes de formation. Nul n’est censé ignorer que la période durant laquelle les agriculteurs sont a priori le plus disponibles, est la période hivernale. Cette évidence n’est pourtant pas prise en compte. Comprenne qui pourra... Tout cela pour vous dire qu’une fois encore, nous invitons les décideurs, qu’ils soient politiques ou autres, à garder en tête que leur mission, dans la mesure du possible, est de s’adapter aux spécificités du secteur et non l’inverse. J’aurais voulu approfondir les différents points que je viens d’évoquer, en aborder d’autres mais je pense avoir déjà été suffisamment long.  Je vous invite donc à poursuivre les discussions autour du verre de l’amitié qui suivra les interven- tions des Ministres.  Soyez persuadés que la FJA restera mobilisée sur les différents sujets qui concernent directement les jeunes agriculteurs et leur installation.  Ensemble prenons en main l’agriculture de demain. ADISA Quasiment deux ans après sa mise en œuvre, il est surréaliste d’enfin saluer que le traitement des dossiers d’installation et d’investissement soit à jour. Les paie- ments semblent suivre leur cours, même si nous devons encore déplorer que certains jeunes agriculteurs qui ont introduit leur demande d’aide au premier trimestre 2016, laquelle a été notifiée recevable, n’aient pas encore reçu le moindre euro d’aide... Sans aucune explication reçue et malgré une visite d’exploitation de l’administration... Nous souhaitons taper à nouveau sur le clou en ce qui concerne la remise en cause

2. 02 24 août 2017 Interventions des Ministres de l’agriculture lors du drink de la FJA à la foire de Libramont Après l’intervention de notre Président, les 2 Ministres de l’agriculture ont eu l’oc- casion de prendre la parole. C’était une première pour Denis Ducarme, fraiche- ment nommé Ministre fédéral de l’Agriculture. René Collin, le Ministre régional de l’Agriculture a ensuite répondu aux préoccupations des jeunes agriculteurs en mettant en avant différentes mesures. Par Françoise Deliège Ministre René Collin Le Ministre régional de l’Agriculture a pris le temps de réagir point par point aux différents dossiers évoqués par Pierre André dans son discours avant de mettre en avant le travail accompli en faveur des jeunes agriculteurs. ADISA et Aides PAC Le Ministre a d’abord insisté sur la mise en œuvre des paiements des aides du premier pilier : 90 % de celles-ci ont été liquidés au 31 décembre 2016. Il a rappelé que la Région Wallonne faisait preuve de bon élève en Europe puisque de nombreux pays, et non des moindres (la France par exemple), connais- saient d’importants retards dans ce domaine. René Collin n’a cependant pas minimisé les problèmes dans le dossier ADISA recon- naissant les trop nombreux écueils qui ont émaillé le traitement des demandes d’aides à l’installation comme à l’investissement. Le ministre a néanmoins insisté sur l’ensemble des mesures qui avaient été prises pour ré- soudre cela. Aujourd’hui, la situation n’est pas encore parfaite mais elle s’est nettement améliorée : - Le 29 juin, des paiements d’aides pour un montant de 460.0000 € ont été effectués. Les dossiers non payés, car sélectionnés pour des contrôles complémentaires, seront payés au fur et à mesure de la libération des dossiers ; - La prochaine vague de paiements aura lieu le 1er octobre ; - Concernant la sélection et la notification, l’évolution est très positive. Ainsi, l’analyse des dossiers du trimestre 2 est bien avancée. L’objectif est de notifier tous les dossiers pour le 30 septembre 2017 ; - Enfin, des simplifications administratives ont été mise en place dans le but de répondre plus rapidement et plus efficacement aux demandeurs. Instruments de la PAC Sur la PAC post 2020, le ministre rappelle que l’enjeu fondamental du budget devra être négocié âprement. Le Ministre prévient que celui-ci restera au mieux identique mais une baisse substantielle est malheureuse- ment à craindre suite au Brexit et au contexte économique délicat actuel. René Collin a appuyé sur 2 éléments qu’il considère comme primordiaux dans la future PAC  : Le maintien d’un soutien couplé : Il convient de maintenir cette possibilité d’aide couplée pour les productions sensibles (viande bovine et ovine par exemple) afin d’accroître notre indépendance vis-à-vis des pays tiers. La notion d’agriculteur actif : bien que le sujet soit difficile et sensible, il conviendra d’être cohérent avec l’objectif affiché qui est de favoriser le renouvellement des généra- tions. Cela nécessite l’utilisation rationnelle des budgets agricoles qui devront être orientés vers les personnes qui fournissent réellement un travail effectif sur leur exploitation. Il a éga- lement épinglé que les agriculteurs en fin de carrière devront faire le choix entre la pension et la perception totale des aides PAC. Des aides dégressives pour cette catégorie de personnes permettraient un atterrissage en douceur. Formation agricole Le Ministre a rappelé que la formation pro- fessionnelle était un élément clé sur lequel il fallait continuer à travailler. Son objectif est que celle-ci soit de qualité, visible, bien répartie géographiquement et adaptée au mieux aux besoins de la profession. Monsieur Collin précise qu’il a entendu les demandes insistantes de la FJA notamment concernant la simplification des procédures. Il ajoute que l’appel à projet concernant les acti- vités de 2018 a été lancé à l’occasion de la foire. Il reconnait, néanmoins, que le choix des thématiques devrait être mieux en phase avec les réalités du secteur, l’intégration de thèmes importants (parage, insémination, etc.) est indispensable. Il a demandé au Collège de Producteurs d’identifier les thématiques prio- ritaires pour les agriculteurs. S’agissant des cours « A » et « B », le Ministre a donné instruction afin qu’ils puissent être organisés durant la période hivernale. Celle-là même où le public agricole est le plus dispo- nible. Pour ce faire des appels à projets plu- riannuels ont été prévus pour cette catégorie de cours. Le cabinet a aussi demandé à la DGO6 de produire des formulaires clairs, précis, actuali- sés et facile à compléter. Le foncier- bail à ferme Le Ministre poursuit le travail entrepris dans ce dossier. Il s’agit évidemment d’une théma- tique délicate. La règlementation date de 1988 et depuis, aucune proposition de modification n’a été entreprise par aucun ministre ou par- lementaire. Cela démontre que le sujet est ô combien sensible. L’objectif sera de rétablir un meilleur équilibre entre intérêts des agricul- teurs et des propriétaires. L’un ne va pas sans l’autre pour assurer une relation harmonieuse et de confiance entre bailleurs et preneurs. Le ministre souligne le travail de qualité fourni pas la FJA dans ce domaine et rappelle qu’elle a d’ailleurs été consultée à de nom- breuses reprises à ce sujet et le sera encore dans les prochains mois. Renouvellement du projet CAP-Installation Le ministre rappelle que ce projet, cher à la FJA, constitue une plus-value manifeste pour les porteurs de projet en agriculture. L’accompagnement des candidats à l’instal- lation est nécessaire. A cet effet, le Ministre Collin a annoncé le renouvellement du soutien financier de la Région pour CAP-Installation pour les 3 prochaines années. La FJA s’en ré- jouit ! La FJA était bien entendu présente sur le champ de foire pour accueillir ses membres et répondre à leurs nombreuses questions concernant les stages à l’ins- tallation, les formations, le permis G, .... mais également pour rencontrer les par- tenaires lors de réunions informelles et par là-même occasion, améliorer les nom- breux services que propose la FJA. Ambiance de la foire de Libramont réussies, le conducteur doit alors sortir sur la route durant 40 minutes. «  Afin de préparer au mieux les jeunes agriculteurs au passage du permis, la FJA propose des formations sur tracteur-école, depuis plusieurs années. Si vous souhaitez davantage d’informations, rendez-vous sur notre site www.fja.be. Le lundi midi, la FJA a convié ses membres au verre de l’amitié sur le stand. Le tradi- tionnel discours du Président Pierre André, permit de faire à nouveau un rappel de la situation directement auprès du Ministre René Collin et du Ministre fraichement nom- mé Denis Ducarme. D’autres personnalités étaient également présentes. Le discours est d’ailleurs repris dans l’Edito de cet EDJ. Vous trouverez quelques photos illustrant ces belles rencontres auxquelles nous avons participé tout au long de ces quatre jours de Foire. Merci à vous tous pour votre implica- tion dans votre mouvement. La FJA espère que tous ces échanges auront permis aux jeunes d’être entendus ! Ministre Denis Ducarme Le Ministre fédéral de l’Agriculture a prononcé un premier discours positif, tourné vers l’avenir. Il a d’emblée mis en avant à raison que de nombreuses préo cc upations avancées par Pierre André étaient de compétences régio- nales. Ce n’est certainement pas une manière pour lui de botter en touche. Il compte s’impliquer à 100 % dans sa tâche. Il a d’ailleurs insisté sur diffé- rents points : Son attache à la ruralité Denis Ducarme souligne d’emblée qu’il se réjouit de se mettre au service de l’agriculture et des agriculteurs. Il rappelle que ses origines sont rurales et s’établissent dans le Hainaut, pro- vince wallonne qui compte le plus d’exploitations agricoles. Issu de cette région, il mesure les défis de l’agri- culture. Il revendique le fait d’être un rural et souhaite le défendre au quoti- dien. Il a souligné également que son père (feu Daniel Ducarme) avait déjà été Ministre de l’Agriculture au sein de l’exécutif wallon de 1985 à 1987. Le ministre Ducarme s’engage à poursuivre le travail entrepris par Willy Borsus en répondant au mieux aux attentes du secteur. L’influence de la FJA dans les dé- cisions politiques Denis Ducarme est informé du travail quotidien réalisé par la FJA et considère qu’il doit être pris en consi- dération ! Notre nouveau Ministre fédéral a appuyé sur le fait qu’il sou- haitait collaborer avec notre fédéra- tion. En effet, le défi du renouvelle- ment des générations est très impor- tant et passera nécessairement par des politiques en faveur des jeunes agriculteurs. Il a pointé aussi la par- ticipation active de la FJA au sein du CEJA. Echanger avec les autres orga- nisations européennes en vue de faire bouger les lignes est pour lui une méthode à privilégier. Vendredi et samedi matin, sur le Grand Ring de la Foire de Libramont, la FJA a proposé une démonstration du passage du permis G. Un permis consacré à la conduite du tracteur. Au volant de son engin de 6,5 tonnes avec sa benne de 18 tonnes, un jeune agriculteur a réalisé plu- sieurs manœuvres nécessaires à la réus- site du permis G. «  Chaque épreuve est chronométrée et aucune erreur n’est per- mise  », explique Raphaël Guissart, forma- teur pour la FJA. «  Renverser un plot, ou- blier une étape de sécurisation de sa ma- chine... Toute erreur est éliminatoire. Cela demande beaucoup de concentration. Les manœuvres sont multiples. Si elles sont Foire Agricole de Battice Samedi 2 et dimanche 3 septembre Rendez-nous visite! La FJA est présente pour répondre à toutes vos questions concernant : - Le fonctionnement de notre Fédération - L’installation en agriculture (aides, démarches, stages, ...) - L’actualité agricole - La formation agricole (cours A, cours B, cours C) - Le permis G - ... Ou tout simplement pour échanger quelques mots ! Prenons en main l’agriculture de demain! Animation Conseil Positionnement Formation www.fja.be www.fja.be www.fja.be Foire Agricole de Battice Samedi 2 et dimanche 3 septembre Rendez-nous visite! La FJA est présente pour répondre à toutes vos questions concernant : - Le fonctionnement de notre Fédération - L’installation en agriculture (aides, démarches, stages, ...) - L’actualité agricole - La formation agricole (cours A, cours B, cours C) - Le permis G - ... Ou tout simplement pour échanger quelques mots ! Prenons en main l’agriculture de demain! Animation Conseil Positionnement Formation www.fja.be www.fja.be www.fja.be

3. 03 24 août 2017 Zoom formation agricole Cours A et B: La formation de base La FJA propose des formations pro- fessionnelles à toute personne dési- reuse de lancer un projet en agricul- ture et qui ne dispose pas de diplôme agricole. LE COURS A «TECHNIQUES AGRICOLES» (90h) vise à donner un bagage de formation minimum sur les tech- niques agricoles : remise à niveau en production végétale (biologie végé- tale, pédologie, fertilisation, conduite des cultures, fourrage, prairies), en production animale (physiologie ani- male, alimentation santé, reproduc- tion, production viandeuse et laitière, filières de production animale) et en économie rurale, diversification à la ferme,... Dispenses des cours A : Les personnes pouvant prouver avoir 3 ans d’expérience en agricul- ture à temps plein (salarié, ouvrier, indépendant ou aidant) peuvent bénéficier d’une dispense et accéder directement aux cours B. LE COURS B «GESTION ET ÉCONOMIE AGRICOLE» (102h) est axé sur les connaissances administratives et la gestion néces- saires à la bonne marche d’une exploi- tation. Ces cours permettent de pré- parer au mieux l’installation en agri- culture (comptabilité de gestion, droit rural, fiscalité, PAC, législation sociale, gestion environnementale, autocon- trôle et normes, prévention,...) Les participants ayant suivi les cours avec un minimum de 80% de pré- sence et réussi les examens des cours A et B obtiendront un certificat de réussite, reconnu par le Service Public de Wallonie et permettant l’ac cès aux aides ADISA et à la réserve des droits aux paiements du 1er pilier de la PAC. COURS 2017 La prochaine session de cours se déroulera   du 4 septembre au 21 décembre 2017 à Ciney, Houdrigny, Gembloux , La Reid, Leuze en Hainaut et Nivelles. TOUS NOS COURS SONT COMPLETS !!! D’autres cours A ainsi que des cours A «  bio  » seront organisés à partir de jan- vier 2018 (Anderlues, Florennes, Libramont, Petites annonces Contact et renseignements : candidature à adresser à Julie Lebrun – 081/627.424 ou julie.lebrun@fja.be avant le 31 août 2017 Formateur COURS A : techniques agricoles La FJA propose des cours de base afin de donner aux futurs agriculteurs les compétences qui leur seront nécessaires pour exercer leur profession. Ces formations sont notamment nécessaires à l’obtention de certaines aides (dont celles à l’installation et à l’investisse- ment) et sont destinées aux futurs agriculteurs n’ayant pas de diplôme agricole. La FJA recherche des formateurs répondant au profil suivant : - Diplôme de niveau supérieur (Bac ou Master) en lien avec la matière à donner - Connaissances actualisées sur la matière donnée - De préférence, pouvoir démontrer une expérience de formation ou de commu- nication - Sans objectif commercial - Disponible en soirée (parfois en journée, en fonction du lieu de cours*) Nous recherchons des formateurs pour les matières et lieux de cours suivants: Conditions : - Etre disponible en soirée de 19h à 22h - Honoraire : 43€ brut/h, comprenant les trajets, la préparation des supports et les corrections - Cahier des charges fourni pour chaque matière (contenu, compétences, suggestions pédagogiques) Co urs Lieu Dates Conduite de véhicules agricoles - permis G (8h) Nivelles Novembre 2017 Ciney Novembre 2017 et décembre 2017 Libramont Octobre 2017 Elevage caprin (27h) Ciney Novembre à décembre 2017 Parage préventif, curatif et boiteries (24h) Ciney Novembre 2017 Nalinne Novembre 2017 Perfectionnement en ins émination artificielle – Théorie et pratique ( 44 h) Ciney Octobre 2017 (théorie) décembre 2017 (pratique) Techniques de conservation de la viande (49h) Gembloux et Arbre Novembre à décembre 2017 Actualiser sa veille j uridique, fiscale et sociale* ( 8h ) Mons 5 et 12 décembre 2017  * Formations proposées par le centre de formation de la FWA Formations 2018 – Evaluation des besoins, votre avis compte! Vo us ne trouvez pas LA formation que vous souhaitez? Ça tombe bien, la Région wallonne vient de lancer l’appel à projet pour les formations qui pourront être organisées en 2018 dans les thèmes suivants : - Autonomie  : transformation des pro- duits issus de la ferme, internalisation de certaines pratiques coûteuses : parage, insé- mination artificielle,... - Environnement : réduction de l’utilisa- tion des produits phytopharmaceutiques et amélioration et conservation des sols - Gestion  : gestion administrative et comptable, marketing, rentabilité des ex- ploitations, performances technico-écono- mique, coopération,... - Informatique : outils informatiques spé- cifiques au secteur agricole - Permis G : formation pratique - Santé et bien-être animal  : conduite d’élevage, bien-être animal, lutte contre le parasitisme,... Afin de remettre un projet de formation qui soit en phase avec la réalité de terrain, la FJA compte sonder sa base pour connaitre les besoins en formation agricole. Pour ce faire, nous vous proposons de faire connaitre vos besoins en formation avant le lundi 4 septembre 2017 via deux manières possibles : - Soit en contactant votre président ou secrétaire de la section locale dont vous êtes membre. Ceux-ci ont reçu dernièrement un courrier leur demandant de regrouper les demandes de formation. - Soit via une demande d’inscription en ligne pour n’importe quelle formation en lien avec les thématiques de l’appel à projet 2018 dans la liste des formations suggérées ou dans la catégorie «autre» du formulaire d’inscription. Votre demande se retrouvera dans une liste d’attente afin d’évaluer les besoins en formation agricole. www.fja.be (formation – Cours C – voir nos cours 2017). Plus d’infos : julie.lebrun@fja.be ou 081/627 424 Michamps, Gembloux Abio) sous réserve de sélection par la Région Wallonne. INSCRIPTION Via le formulaire mis en ligne sur le site in- ternet www.fja.be (formation – Cours C – voir nos cours 2017). La PAF varie en fonction de la formation. Cours C: Cours de perfectionnement Les cours de perfectionnement (minimum 8h) sont des formations destinées à ceux qui souhaitent approfondir un sujet agricole en particulier ou se diversifier. Ils sont organisés pour les personnes déjà actives en agriculture et aux candidats à l’ins- tallation qui pourront également y trouver des formations complémentaires aux cours A, B et au stage afin de compléter leur parcours de formation avant l’installation. Voici les cours C qui ont été sélectionnés en 2017 par la région wallonne : Stages Le stage constitue une première expérience professionnelle qui doit être une préparation pour le jeune au métier de chef d’exploitation. Il vient dans le prolongement de la formation de base (cours A et B) et permet de mettre en pratique ses acquis théoriques dans un nou- vel environnement. Le stage agricole constitue également une des conditions d’admissibilité et permet par ailleurs d’accumuler des points de sélection supplémentaires en vue de maximaliser ses chances d’être sélectionné dans le cadre des aides à la première installation. Durée : de 21 à 62 jours pouvant être scindés Journée de stage : Minimum 7 heures/jour Lieu de stage : Exploitation agricole en co- hérence avec les objectifs du stage et le projet d’installation. Il est possible d’effectuer son stage en Belgique ou dans un pays étranger INSCRIPTION via le formulaire mis en ligne sur le site in- ternet www.fja.be (formation – Cours C – voir nos cours 2017). La PAF varie en fonction de la formation. La Fédération des Jeunes Agriculteurs recherche des FORMATEURS pour son centre de formation professionnelle COURS A : TECHNIQUES AGRICOLES LIEUX Alimentation (9h) Nivelles, Gembloux* Conduite d’élevage en production viandeuse (3h) Nivelles, Gembloux* Bâtiments agricoles (3h) Gembloux*, Leuze en Hainaut, Nivelles, Ciney, Houdrigny Mécanisation (6h) Gembloux*, Leuze en Hainaut, Nivelles Formateur Permis G La FJA organise des cours de perfectionnement de conduite de véhicules agricoles dans le but d’obtenir le permis G (pratique). La FJA recherche des formateurs répondant au profil suivant : - Etre détenteur du permis G ou C+E - Avoir 8 années d’expérience de conduite - Etre instructeur breveté est un plus - Avoir de bonnes compétences pédagogiques (explications claires et structurées) - Avoir de bonnes capacités de communication - Conduite aisée d’engins agricoles Lieux de cours : Ath, Waremme, Ciney Organisation du cours: session de 58h (8 participants) - 2h de séances collectives : informations théoriques, contrôles préalables du véhicule, manœuvres à réaliser et sécurité - 6h de pratique en individuel : exercices de manœuvres, conduite sur la voie publique - 1 journée d’examen pratique permettant l’obtention du permis G ac compagné par un examinateur agréé - Matériel et terrain mis à disposition par la FJA Conditions : - Etre disponible en journée entre octobre et décembre 2017, y compris congés scolaires, pour minimum 3 sessions de 58h - Honoraire : 25 euros brut/heure, frais de déplacement pris en charge - Si vous donnez cours pour votre compte propre, vous devez disposer d’un statut social (indépendant à titre complémentaire ou principal) - Si vous donnez cours pour le compte d’un organisme, le paiement sera effectué à votre organisme et vous n’avez pas besoin d’un statut social

Vues

  • 147 Total des vues
  • 122 Vues du Site web
  • 25 Vues incluses

Actions

  • 0 Partages sociaux
  • 0 Aime
  • 0 N'aime pas
  • 0 Commentaires

Partagez le comptage

  • 0 Facebook
  • 0 Twitter
  • 0 LinkedIn
  • 0 Google+

Intégrations 1

  • 7 www.fja.be