Quelques chiffres CAP-Installation

Partager sur des réseaux sociaux

Partager le lien

Utiliser un lien permanent pour partager dans les medias sociaux

Partager avec un ami

5. 5 ❖ EVALUATION DU PROJET Une e nquête d’ évaluation a été envoyée aux personnes ayant eu un contact avec le projet Cap Installation (porteurs de projet et participants aux séances d’information collectives) Cette enquête a permis de souligner la pertinence du projet. En effet, si l’infor mation semble conséquente (de par sa complexité) , la grande majorité des personnes rencontrées affirment que le chargé de projet a répondu de manière satisfaisante à leur demande. Les candidats que le projet n’a pu aid er sont généralement des personnes dont le projet so r t du cadr e agricole ou horticole . L e rôle de réorientation vers d’autres person nes ressources est donc très important. En 2019, 80% des candidat s ont d’ailleurs été réorienté s , ce qui démontre la méconnaissance du public en termes de services agricoles et horticoles existants . Le projet Cap Installation joue donc un rôle important d’ accompagnement et d’orientation pour les jeunes souhaitant s’installer et ce, quelle que soit l’échelle du projet.

3. 3 En ce qui concerne le niveau de formation des candidats, les profils sont très diversifiés. Rappelons qu’il n’y a pas d’accès à la profession et donc quiconque le souhaite , peut devenir agriculteur. Cependant , pour pouvoir être admissibles à certaines aides et pour pouvoir accéder à certaines législations , une formation minimale est exigée. Les personnes n’ayant pas de formation agricole sont dès lors invitées à suivre les cours de Techniques Agricoles (cours A) et les cours de Gestion Agricole (cours B) dispensés par les centres de formation agréés tels que la FJA. Au - delà de ces accès, il est important de sensibiliser les candidats à sur l’importance d’avoir une formation minimale tant pour la préparation que pour la réalisation de tout projet. En compar a nt formation et projet, nous remarquons que les personnes déjà formées tendent à s’orienter davantage vers des reprises d’exploitations tandis que les personnes sans formation s ont généralement en réorientatio n professionnelle et se dirigent vers des projets de créations de plus petite échelle. Bien que les reprises familiales constituent près de la moitié des projets rencontrés, il faut noter que plus du tiers des candidats rencontrés projettent de créer une exploitation seul ou en association. Au niveau de la répartition géographique des projets , l es résultats sont assez satisfaisants puisqu’ils sont en adéquation avec la répartition en terme s de S urface Agricole Utile (S AU ) et du nombre d’agriculteur par région . ❖ LES GRANDES TENDANCES DES PROJETS RENCONTRES : ANALOGIE AUX CHIFFRES WALLONS En préambule , rappelons que les chiffres présents dans les rapports statistiques wallons ne sont pas tous comparables à nos résultats. De plus, g ardons à l’esprit que nos chiffres concernent des projets d’installation et non des installations accomplies . EN WALLONIE 89,7 %HOMMES 10,3 % FEMMES 87 % CONVENTIONNEL 13 % BIOLOGIQUE < 35 ans 35-<40 > 40 ans

4. 4 En Wallonie, seulement 60% des exploitants ont le statut d’agriculteurs à titre principal alors que le s 40 % restant exercent leur activité agricole/horticole à titre complémentaire tou t en conservant, comme statut principal, une autre activité professionnelle. Ces chiffres diffèrent for t e ment de s résultats du projet avec près de 85% de porteurs de projet qui souhaitent s’installer à titre principal . Cette différence est facilement explicable par le fait d’une tendance certaine des candidats à vouloir bénéficier des aides à l’installation . Parmi les exploitants à temps plein, on compte 10,3% de femmes et 89,7 % d’hommes et à temps partiel ; 22,8% de femmes pour 77,2% d’hommes . Les proportions de femmes rencontré e s dans le cadre du projet sont plus importantes également mais peuvent s’expli quer par une plus grande ouverture de la profession due aux progrès techniques, à un retour vers plus de diversification et à un accès plus important à certaines législations. Le modèle agricole wallon s’oriente vers une agriculture familiale extensive dont les spéculations principales sont les grandes cultures et l’élevage de bovins allaitants et laitiers. Les projets rencontré s dans le cadre de CAP - Installation étant majoritairement des projets de reprise familiale, les résultats obtenus suivent cette tendance avec des proportions importantes pour les orientations technico - économiques mixtes et spécialisées en grandes cultures. On constate cependant des proportions relativement importantes de projets dans des orient ations moins conventionnelles comme les élevages caprins et ovins, le maraichage ou la viticulture. Cette tendance s’explique par le fait que 40% des projets rencontrés via Cap Installation impliquent une création seul ou en association ; ce type d’install ation étant plus compliqué, les candidats s’orientent généralement vers des exploitations de moins grande envergure. Rappelons également que de manière empirique, on estime qu’ en Wallonie, 95% des installations effectives sont des reprises intrafamiliales seul ou en association. Actuellement, 6 7 % des exploitants sont âgés de 50 ans et plus et bon nombre d’entre eux n’ont pas de repreneur potentiel . En Région Wallonne, il n’existe malheureusement aucun e législation spécifique et aucun mécanisme facilitant l ’installation par création ou par reprise hors - cadre familial. Les conseils et l’accompagnement fournis par CAP - Installation permettent donc de préparer les porteurs de projets dans ce type d’installation. Suite à la demande accrue des consommateurs et des pouvoirs politiques et du fait de motivations diverses et variées dans le chef des exploitants agricoles, on constate une évolution du nombre d’exploitation s’orientant vers l’agriculture biologique avec actuellemen t 1 4 % des exploitations en Région Wallonne. Cette tendance nette s’observe également dans les résultats du projet CAP - Installation. La Figure ci - dessous démontre cette augmentation du nombre de projet en agriculture biologique. 28% 11% 27% 32% 42% 48% 37% 2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 Evolution du nombre de projet en agriculture biologique

1. 1 ❖ CAP INSTALLATION : QU’EST - CE QUE C’EST ? Le parcours menant à une installation réussie est semé d’embuches . Il est donc nécessaire de respecter un timing administratif précis et de faire appel à divers organismes transversaux et/ou spécialisés . A l’heure où l’agriculture familiale wallonne tend à disparaître, il est primordial pour la Fédération des Jeunes Agriculteurs de favorise r l’installation des jeunes agriculteurs et agricultrices . Effectivement, en 40 ans, le secteur agricole a perdu près de 68% de ses exploitations tandis que la superficie moyenne par exploitation a presque triplé. C’est dans ce contexte difficile, qu’en 2012, le projet CAP Installation a vu le jour . Le s objectifs principaux de CAP - Installation sont d ‘informer et d’orienter les porteurs de projet dans leurs démarches et leurs réflexions . Cap Installation présente de ux axes de travail : - L ’axe principal est le suivi individuel de candidats ayant un projet d’installation en agriculture ou en horticulture depuis les balbutiements du projet jusqu’à l’installation . Cet accompagnement se fait autour du parcours à l’installation afin de susciter un questionnement pour le porteur de projet dans chacune des étapes essentielles d’une installation réussie. - Un second axe de travail concerne les activités de vulgarisation : • Des séances d’information collective sur des t hèmes spécifiques à l’installation des jeunes en agriculture/horticulture sont dispensées dans les écoles, les centres de formation agricole ou sur demande d’autres organismes . • Le projet est présent sur différents événements du secteur (foires, portes ouv ertes, salons ...) • Des articles sont régulièrement publiés via les différents canaux de communication (presse, réseaux sociaux, ...) • Le parcours à l’installation est publié et mis à jour régulièrement sur le site internet FJA ( www.fja.be ) . Des fiches techniques thématiques ont été réalisées et y sont téléchargeables. L’objectif de celles - ci est de passer en revue les questions qu’il est essentiel de se poser avant de s’installer. Enfin, u n autre rôle important de Cap - I nstallati on est de r é orienter les personnes vers les organismes les plus adaptés pour les renseigner. L’objectif n’étant pas d e supplanter les organismes et les instances déjà existantes, mais au contraire de pouvoir rediriger les porteurs de projet vers ceux - ci. Des conseils et un accompagnement personnalisé s à chaque étape pour une installation réussie

2. 2 ❖ LE PROJET EN QUELQUES CHIFFRES ENVIRON 600 PERSONNES CONSEILLEES EN 2019 ET 2.500 DEPUIS 2012 En 2019, 600 personnes ont contacté nos chargés de projets. Pour l a majorité des contacts , il s’agit de questions spécifiques et ci blées ; il est dès lors facile d ’y répondre par e - mail, par téléphone ou si nécessaire de rediriger ces personnes vers les organismes compétents. Les ren dez - vous individuels concernent donc principalement les personnes dont le projet n’est encore qu’au stade d ’ ébauche ou de réflexion. Rappelons cependant que le projet CAP - Installation accompagnent tous les porteurs de projet, qu’ils s’installent à titre principal ou complémentaire et qu’ils sollicitent ou non les aides ADISA ; c ertains conseils concern a nt également des agriculteurs /horticulteurs déjà installés. EN 2019 ENTRE 201 2 et 2018 80% HOMMES 20% FEMMES 77 % HOMMES 2 3 % FEMMES 43% SANS FORMATION AGRICOLE 57 % FORMATION AGRICOLE 38 % SANS FORMATION AGRICOLE 62 % FORMATION AGRICOLE RÉPARTITION GÉOGRAPHIQUE DES P R OJETS EN ADÉQUATION AVEC LA RÉPARTITION EN RW EN TERME S DE SAU ET DU NOMBRE D’AGRICULTEUR RÉPARTITION GÉOGRAPHIQUE DES P R OJETS EN ADÉQUATION AVEC LA RÉPARTITION EN RW EN TERME S DE SAU ET DU NOMBRE D’AGRICULTEUR 59% CONVENT IONNEL 37% BIOLOGIQUE 69% CONVENTIONNEL 27% BIOLOGIQUE Les entretiens individuels étant surtout destinées aux porteurs de projet au début de leur réflexion , toutes les personnes rencontrées ne finissent donc pas f orcément par s’ installer . Si la proportion de femme reste encore minoritaire , il est indéniable que le métier intéresse de plus en plus la gente féminine . L’objectif du projet étant de faciliter l’installation des jeunes agriculteurs pour assurer la relève en agriculture familiale , il semble logique que la majorité des profils rencontrés soient âgés de moins de 40 ans et souhaitent s’installer à titre principal (84% en 2019 - 88% sur le reste du projet) . Ce sont deux conditions à remp lir pour bénéficier des aides à l’installation . < 35 ans 35-<40 > 40 ans < 35 ans 35-<40 > 40 ans

Vues

  • 294 Total des vues
  • 260 Vues du Site web
  • 34 Vues incluses

Actions

  • 0 Partages sociaux
  • 0 Aime
  • 0 N'aime pas
  • 0 Commentaires

Partagez le comptage

  • 0 Facebook
  • 0 Twitter
  • 0 LinkedIn
  • 0 Google+

Intégrations 1

  • 7 www.fja.be